Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 23:00
 60e Salon d'Automne de Villeneuve-le-Roi

Elles se sont jumelées pour le meilleur et pour le pire. Cependant, depuis plusieurs années, à travers leurs salons de Printemps puis d'Automne, les associations "Arts Passion" d'Ablon et le "CESAF*" de Villeneuve-le-Roi, ne nous apportent que le meilleur de l'art. Et c'est tant mieux. Pour leur soixantième salon d'Automne, les organisateurs et leurs bénévoles ont amené sur leurs cimaises un trio de choc : le peintre-sculpteur Caline Muller, la photographe d'art Martine Peccoux et le peintre pastelliste Thierry Citron. Une cinquantaine d'artistes aux talents divers, parmi lesquels de très grands professionnels, les accompagneront et ouvriront ce soir le bal des lignes et des couleurs de la cité valdemarnaise. Dès lors, nous sommes fiers de pouvoir écrire que ces trois invités-là ont été mis à l'honneur dans nos colonnes depuis plusieurs années.

Ainsi Martine Peccoux, ancienne de l’École supérieure d’arts graphiques Guillaume Met de Penninghen (ancienne Académie Julian). Elle y étudiera le graphisme et la photographie pendant plusieurs années, l’art de la prise de vue jusqu’à "tenter d’atteindre la perfection, le travail sur la lumière ou le cadrage". Rien n’échappera désormais à l’œil vigilant de cette artiste pour qui « la photo ne peut être décrite par des mots ». « La photo, me dit-elle, doit parler d’elle-même, puisque c’est une image fixe qui doit ressentir quelque chose. » Plus tard, elle devient journaliste et exerce son métier à l’agence Sipa Press en qualité de reporter photographe. Les agences Gamma et Stills font appel à cette grande professionnelle. Elle collabore également pour l’hebdomadaire féminin Madame Figaro de 1979 à 2002. Entre-temps, Martine Peccoux assouvira sa passion pour le cinéma en participant à plus de cinquante films français et américains, en qualité de photographe de plateau. Ainsi, de 1980 à 1986, elle deviendra, entre autres, la photographe attitrée d’Yves Montand*, mais aussi de Catherine Deneuve. Pour ces portraits, Martine Peccoux travaille exclusivement en argentique et en noir et blanc. « J’aime l’argentique, me confie-t-elle, particulièrement au moment du développement. Se faire peur est magique ! » Et elle précise : « De même que le portrait, la photographie de film est une histoire de confiance, de patience, de complicité et de jeu où chacun dévoile alors sa sensibilité. »

Cotée à Drouot sur le marché de la photographie depuis 2007, Martine expose pour l'essentiel, dans des galeries. L’art du reportage photo, que ce soit sur le terrain à la recherche de l’Information ou sur un plateau de cinéma, fait appel à une intelligence et à une sensibilité de tous les instants, où réussite et échec se côtoient au millième de seconde. En ce sens, les œuvres de Martine Peccoux relèvent bien de la magie : l’intimité au bout de l’objectif et la lumière pour horizon. Ses paysages sur la Seine, ses péniches et les ponts de Paris qu'elle présente ce soir sont un régal pour les yeux des Parigots que nous sommes.

Peintre et sculpteur, Caline Muller pratique le dessin et le m o d e l a g e d’après modèle vivant depuis 2001 tout en suivant des cours aux beaux-arts de Paris. Elle expose de plus en plus et devient sociétaire de la Fondation Taylor. « Mes bronzes sont exposés en galerie depuis 2007. Toutes les techniques m'intéressent et je choisis en fonction du sujet le médium qui me permettra le mieux de transmettre mes émotions : pastel, aquarelle, encre ou peinture à l'huile. En sculpture, je ne cherche pas à idéaliser le corps nu, qui me semble si émouvant dans sa vérité, mais plutôt à restituer la vie et la personnalité du modèle, l'énergie qui s'en dégage et le sentiment que sa pose évoque. » En 2010, Caline Muller est récompensée de ses efforts en obtenant la médaille de bronze de sculpture au Salon des Artistes français, au Grand Palais. Et en 2012, elle obtient le Prix Art'issime au 88e Salon d'Art de Fontenay-le-Fleury.

« Ma passion du dessin, complémentaire de la sculpture, fait qu’à travers le dessin d'après modèle vivant, je ne lâche pas tout à fait la peinture, mais le modelage prend le pas sur les autres activités. La pratique artistique m'est vitale et constitue un extraordinaire ressort car elle crée davantage d'énergie qu'elle n'en consomme. Tout ce qui a rapport à l'art me réjouit et j'essaie de ne pas passer une journée sans ce contact constructif. La peinture et la sculpture font partie de mon hygiène de vie. J'y trouve mon équilibre même quand un but poursuivi est difficile à atteindre; par exemple, quand je n'arrive pas à réaliser ce que j'imagine. »

Quant à la maîtrise du peintre pastelliste Thierry Citron, elle est aujourd'hui unanimement reconnue. Ce jeune sexagénaire autodidacte a acquis les bases du dessin et de l'harmonie des couleurs dans un lycée bellifontain sous la direction de Georges Galipon. N'a-il pas coutume de dire à ses stagiaires que "... le pastel possède des ressources insoupçonnées qui ne le cantonnent pas au rôle de technique d'esquisse. C'est une forme de peinture sèche qui supporte le travail prolongé et notamment la superposition des couches. Dans ce contexte, il est très approprié au traitement des paysages sur le motif et sur le chevalet". Une précision qu'il est utile de rappeler à ceux qui hésitent encore à aborder cette discipline ô combien prometteuse en matière de résultats.

Ce voyeur infatigable de la nature travaille le plus souvent sur le motif, en extérieur, à la manière des impressionnistes dont il se prévaut. Thierry Citron réalise des œuvres au pastel tendre à la limite de l'abstraction sans jamais y tomber complètement, préférant leur conserver une lisibilité comprise de tous. L'admiration que lui voue un public de plus en plus nombreux convaincra le visiteur, une fois de plus.

Vous n'avez plus alors une minute à perdre. Venez nombreux parcourir les travées de ce soixantième Salon d'Automne qui sera marqué par la générosité de celles et ceux qui le servent si bien chaque année. Et au-delà de l'émerveillement, l'Amitié sera au rendez-vous.

Pierre-Émile GIRARDIN

Pour l'association les Amis d'Art'issime

* Cercle d’études savantes, archéologiques, artistiques et folkloriques

Partager cet article

Repost 0
Published by les amis dartissime - dans Salons et festivals
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Amis d'Art'issime
  • Les Amis d'Art'issime
  • : Publication d'un magazine trimestriel par des journalistes professionnels bénévoles. Titre : "Art'issime". Sous-titre : Arts et indépendance. La publication fonctionne sans publicité ni aide pour le moment. L'Association les Amis d'Art'issime (loi 1901) est éditrice du magazine et celui-ci a un numéro de commission paritaire. "Art'issime" consacre ses colonnes à l'art et aux artistes qui sont exclus des réseaux de "l'art officiel" et se font connaître dans les salons ou festivals.
  • Contact

Bienvenue

Toute l'équipe rédactionnelle du magazine vous souhaite la bienvenue sur le blog des Amis d'Art'issime. Nous espérons que vous partagerez avec nous l'enthousiasme qui a guidé nos choix artistiques dans tous les domaines que nous abordons et serons attentifs aux questions et propositions que vous nous soumettrez dans l'intérêt d'Art'issime.

Recherche

Coupon D'abonnement

Liens