Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 novembre 2019 7 24 /11 /novembre /2019 21:10

 

La première fois que j’ai touché la terre, c’était à l’âge de cinq ans, me dit-elle. Un puissant lien, indéfinissable, venait de se créer entre elle et moi. Bien plus tard, vers quinze-seize ans, je découvrirai que l’épouse du directeur de mon lycée était potière et qu'elle venait de créer un atelier au sein même de l'établissement. »

 

« A cette époque, je ne voulais plus étudier, je désirais devenir potière malgré l'opposition frontale de mes parents. » Cependant, ceux-ci, sensibles à ses aspirations de jeunesse, lui achetèrent un tour et un petit four, mais en lui faisant promettre d'achever ses études destinées à l’enseignement. Promesse tenue, puisque Monica Stüttgen devint professeur des écoles dans son pays. Plus tard, elle quittera le domicile de ses parents et connut un artisan potier près de Heidelberg avec qui elle se mariera. Une vie de bohème commence alors. Elle réalise ses premiers pots sur une île de la mer du Nord puis s'installe en France avec son mari aux Aix-d'Angillon, dans le Centre France, tout près de La Borne, la patrie des potiers. Concomitamment à son activité française de ses débuts, elle continuera son travail de production en Allemagne.

 

Poésie

 

Monica Stüttgen a poursuivi lentement, mais patiemment, un chemin souvent semé d’embûches, sans jamais abandonner ses rêves de potière. Les aléas de la vie ont guidé ses pas vers cette région de Rhénanie-Westphalie où elle demeure depuis vingt ans. « Mon oncle m’a beaucoup aidée à me reconstruire ici. Depuis le mois de janvier, je me sens libérée de ma charge d’enseignante. » En cette fin octobre 2019, elle nous parle avec passion de ce métier d’art qu’elle exerce avec talent. Son atelier de poterie*, dans lequel elle nous reçoit, est à son image. Ici, la poésie est omniprésente dans la plus grande partie de son domaine : d’abord, dans sa maison-atelier, où le visiteur curieux peut trouver, entre autres, toutes sortes d’objets familiers, ensuite, dans le pré entourant la maison. Là, on y rencontre un monde animal de ferme étonnant, mais aussi des personnages champêtres surprenants et hauts en couleur qui semblent sortis directement d’un four féerique. « Mes céramiques, précise-t-elle, sont fabriquées individuellement et uniquement à la main en plusieurs étapes, cuites à haute température et extrêmement durables, c’est-à-dire résistantes au lave-vaisselle, au micro-ondes et au gel. »

En cette avant-veille de fêtes, je quitte cette maison enchantée fleurant bon la féerie populaire des très anciens contes allemands qui firent rêver de nombreuses générations. « L’art doit-il être utile ou non ?» Éternelle question que se posent les artistes et pour laquelle je répondrai par l’affirmative. La fée Monica du Stevertal est passée par là.

 

Pour les Amis d'Art'issime :

Pierre-Émile GIRARDIN

* Töpferei Atelier Monica Stüttgen, Stevern 90, 48301 Nottuln. Tél. : 02502-226992

info@toepferei-atelier-s.de; www.toepferei-atelier-s.de

 

 

Partager cet article

Repost0
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 17:26

En cette fin d'année un peu morne, quoi de de plus enivrant et régénérateur que de pénétrer ce bon vieux village Saint-Paul dans le IVe arrondissement de Paris. Face à l'imposante enceinte de Philippe Auguste, la rue calme des Jardins-Saint-Paul, en plein Marais, avec ses anciennes maisons qui la longent à distance respectable, nous restitue le parfum de la Renaissance. Ici, nous croisons le fantôme de Rabelais qui vécut et mourut le 9 avril 1553. Ayant cette muraille vieille de trois siècles et demi devant les yeux, l'auteur de Pantagruel n'avait de cesse de la railler pour sa vétusté. Aussi ne faisait-il pas dire à Panurge dans son Pantagruel paru en 1532 : "Voyez cy ces belles murailles. O que fortes sont et bien en point pour garder les oisons en mue. Par ma barbe, une vache avec un pet en abatroit plus de six brasses."

Deux grandes artistes se sont donc donné rendez-vous en ce lieu magique pour y exposer et présenter leurs dernières œuvres :  alors, à tout seigneur, tout honneur ! Kayoko Hayasaki, est une habituée du Village Saint-Paul, et plus particulièrement du célèbre Atelier Mire qu'elle fréquente depuis la fin du XXe siècle. Dès 1999, elle modèle et sculpte la terre à l'espace Sorano de Vincennes. Au cours d'un de ses nombreux voyages au Japon, où elle perfectionne sa formation aux techniques traditionnelles de poterie, modelage et céramique, elle rencontre le maître céramiste Tadashi Mori, par ailleurs membre de l'académie internationale de céramique de Genève, avec lequel elle travaillera au cours de plusieurs séjours. A l'invitation de Kayoko Hayasaki, le maître japonais se rendra en France et s'intéressera à la "bonne qualité" de la terre de la campagne bourguignonne. A tel point qu'il en préconisera une recette pour l'accommoder: A l'instar du grès, cette terre peut être cuite à 1 300 degrés.

Depuis 2005, Kayoko est devenue propriétaire de l'Atelier Mire qu'elle a développé et agrandi en créant la galerie qui porte son nom. Si cette artiste continue d'enseigner la céramique, elle persévère dans ses recherches, expériences et découvertes utiles à la pratique de cet art ancestral.  Aussi, elle fréquente inlassablement les hauts lieux de la terre et du feu tant en France (Pouligny, la Borne) que sur sa terre natale (Bizen, Comono). Toutes les techniques de cuisson lui sont familières, mais elle affectionne plus particulièrement la cuisson au bois. Au cours de notre visite, elle nous a présenté 36 tasses à saké merveilleusement réalisées par "Yakishimé", une cuisson électrique qui ressemble à une cuisson au bois. Concernant la forme de ses œuvres, elle adopte une nouvelle expérience avec des pièces à doubles parois, ouvertes et fermées, mais émaillées. Ici, l'harmonie dans la dissymétrie de ses œuvres est bien révélée par la technique de l'Ikebana. Une pure merveille! Cette artiste pleine d'humilité et de sagesse sait partager avec ses hôtes son talent créatif et sa bonne humeur. Merci Kayoko!

Avec cette Tranche de ville, prélevée sur des immeubles de Paris, la photographe d'art Martine Peccoux - bien connue des lecteurs de notre magazine -, mais aussi de tous les amateurs de belles photos en argentique, nous présente des œuvres en osmose avec les céramiques, ses voisines d'exposition. Formée à l'art photographique à l’École supérieure d’arts graphiques Guillaume Met de Penninghen (ancienne Académie Julian), puis plus tard assistante chez Jean-Marie Chourgnoz, publicitaire et photographe réputés, Martine Peccoux représente " l’art de la  prise de vue jusqu'à tenter d’atteindre la perfection, le travail sur la lumière ou le cadrage", car rien n’échappera désormais à l’œil vigilant de cette artiste pour qui « la photo ne peut être décrite par des mots ». « La photo, nous dit-elle, doit parler d’elle-même, puisque c’est une image fixe qui doit ressentir quelque chose. »

Cette journaliste professionnelle fera les beaux jours des grandes agences de presse pendant plus de vingt-cinq ans avant d'assouvir sa passion pour le cinéma en participant à plus de cinquante films français et américains, en qualité de photographe de plateau. Ainsi, de 1980 à 1986, elle croquera les plus grands acteurs et deviendra, entre autres, la photographe attitrée d’Yves Montand*. Pour ces portraits, Martine Peccoux travaille exclusivement en argentique et en noir et blanc. « J’aime l’argentique, me confie-t-elle, particulièrement au moment du développement. Se faire peur est magique ! » Cette talentueuse artiste au caractère bien trempé est cotée à Drouot sur le marché de la photographie depuis 2007. Pour cette nouvelle exposition elle a "traqué", avec une belle créativité, les façades d'immeubles parisiens sous des angles improbables, au graphisme original tiré vers le ciel de la perfection. L'imaginaire et le ressenti de Martine ont fait le reste, car derrière ces façades, ce sont des volumes, des espaces dans lesquels Martine Peccoux nous invite à la réflexion. 

L’art du reportage photo fait appel à une intelligence et à une sensibilité de tous les instants, où réussite et échec se côtoient au millième de seconde. En ce sens, les œuvres de Martine Peccoux relèvent bien de la magie : l’intimité au bout de l’objectif et la lumière pour horizon. Un régal pour les yeux.

Pour la Rédaction d'Art'issime 

Pierre-Émile GIRARDIN

*Art'issime n° 30

 

 

Partager cet article

Repost0
11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 11:57

Cette artiste talentueuse vient d'installer ses œuvres à la petite Galerie 43* pour une bonne semaine. Notre magazine la suit dans son évolution depuis plusieurs années.

« J'ai toujours aimé la peinture et l'émail de grès et j’ai essayé de trouver une façon me permettant de suivre mes passions en me servant de la terre et des possibilités qu’offre la céramique pour faire de la peinture, et j’ai pu mettre au point une méthode que j’appelle peinture sur terre de grès », nous précise-t-elle. Ses peintures sont l’aboutissement d’une idée venant de son vécu, des choses qu’elle aime depuis toujours ou qu’elle vient de découvrir, des émotions qu’elle a éprouvées dans un passé proche ou lointain, de son inconscient ou plus prosaïquement de ce qu’elle a devant ses yeux. Cela étant, confie-t-elle, "j’adore passer d’un thème et d’un style à un autre, et mon répertoire s’étend de l’univers à l’Antiquité ». Ingrid Ohayon crée également des sculptures et peint à l’acrylique. Cette artiste autodidacte, dont la richesse artistique force l’admiration, expose dans le monde entier depuis une dizaine d’années. Elle a obtenu de très nombreuses distinctions en Europe et aux Etats-Unis. Souhaitons-lui un long chemin et de nombreuses créations. En attendant, allez la rencontrer dans ce vieux quartier typiquement parisien et accueillant.

La Rédaction d'Art'issime

 

Partager cet article

Repost0
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 19:36

 

Sous son visage de rêveur et sa voix douce se cache un redoutable chercheur d'images à la sensibilité toujours affûtée. Et comme tout chercheur, il doute, il se questionne, même après une quarantaine d'années de travail habitées par le rêve qu'il offre à ceux qui, l'espace d'un instant, ont rencontré ses œuvres. Philippe Dubois, c'est sûr, n'est pas « monsieur clic-clac ». Il ne se prend pas au sérieux, mais contrairement aux « Importants », il nous invite, avec une simplicité et une acuité sans faille, à regarder à travers ses photos la vie autrement. Alors, me dit-il, « qu'importe la méthode employée ! » Issu des Arts graphiques, il passera par toutes les étapes liées à la photographie d'art et exercera ses talents principalement dans des agences de création, telle l'agence parisienne de référence Chourgnoz, pendant deux décennies, puis comme créateur indépendant.  « Dans ces agences, me dit-il, j'ai toujours privilégié la recherche, qui est essentielle. »

Ainsi, me rappelle-t-il, « tout commence par une quête d'images – qu'elles soient argentiques ou numériques n'a pas beaucoup d'importance –, récoltées depuis longtemps, souvent par le hasard d'un regard, comme une rencontre parfois heureuse, elles s'imposent... D'une moisson à l'autre s'organise alors l'horizon d'un paysage improbable, mais bien réel, puisque le temps, le hasard et "la trahison des images", selon Magritte, se jouent perpétuellement de nous. » Mais Dubois le poète peut aussi vous envoûter lorsqu’il aborde ses « incertains rivages » proches ou lointains. En cette soirée pluvieuse d’avril, sa voix semble habiter la petite galerie Hayasaki*, qui a su accueillir ses œuvres avec cette délicatesse nipponne qui force le respect. Alors, écoutons-le encore lorsqu’il me parle d’un de ses thèmes photographiques qui a particulièrement attiré mon attention sur les cimaises : « Tout commence par une émotion parfois si fugitive qu’elle se mélange aux souvenirs, aux rêves d’où naît l’incertitude des choses vues. C’était quand et où exactement, cette feuille cueillie dans le caniveau, si jolie, si seule, si perdue ? Qu’importe encore puisque, dans les reflets du soleil d’automne, sa solitude m’a touché. Lui redonner son envol éphémère était donc la moindre des choses … »

Voir et penser la vie autrement à travers la magie et la créativité photographiques, tel est le message humaniste que nous livre ce grand artiste. Merci l’Ami !

Pierre-Émile GIRARDIN

Journaliste

Art’issime

 

* Galerie Hayasaki, village Saint-Paul, 12-14, rue des Jardins-Saint-Paul, 75004 Paris, jusqu’au dimanche 7 mai 2017. Ouvert mercredi/vendredi de 14 à 19 heures ; samedi/dimanche de 14 à 18 heures. Tél. : 01 42 71 10 29. M° Saint-Paul ou Sully-Morland.

Le Voyage

Le Voyage

Feuilles d'eau

Feuilles d'eau

Partager cet article

Repost0
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 18:04

Descendue des Ateliers d'artistes de Belleville, la peintre Federica Nadalutti s'est réfugiée, cette fois, presque à l'ombre du prestigieux Conservatoire national des Arts et Métiers, dans la galerie-librairie "D'un Livre l'Autre", située dans une très ancienne rue parisienne. Elle vous invite à voir des œuvres d'une étonnante créativité. Mais écoutons cette Italienne de Paris :  

"Regarder, approcher, reconnaître, déconstruire, recomposer les éléments, telle est ma démarche. Dans le champ de vision, le paysage nous interpelle par bribes et notre regard s’y perd et s’y accroche. Dans un carré, les possibilités de construction sont multiples. Des modules le composent, définissant des limites que j’invite à devenir infinies. La ligne est l’élément fondamental dans mes œuvres, perceptible à l’œil nu par morceaux, elle est infinie dans l’espace."

Voilà un endroit à connaître et une belle artiste à découvrir.

La Rédaction d'Art'issime

Exposition jusqu'au 6 avril 2017. 2, rue Borda, 75003 Paris. Du mardi au vendredi de 12 à 19 heures. Le samedi de 15 à 19 heures. Les autres jours sur RV; Tél. : 06 43 61 69 80 ou 01 57 40 79 01; www.dunlivrelautre.fr/

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 13:01

L'Essonne est un vaste département de la grande couronne parisienne où l'art est omniprésent. Cette quarante-deuxième édition d'Art et Matière* ouvre ses portes, ce soir, avec quatre invités d'honneur au milieu d'une centaine d'artistes. Qu'on en juge : peinture, sculpture à Maisse, art animalier à Boigneville, gravure et métiers d'art à Gironville-sur-Essonne, photographie à Prunay-sur-Essonne, Art et apprentissage à Vayres-sur-Essonne. Bien entendu, les artistes juniors côtoieront les seniors, parmi lesquels des professionnels connus dans l'Hexagone et bien au-delà des frontières européennes. Alors, n'hésitez pas à venir rencontrer tous ces artistes en famille ou avec vos amis pour prendre un grand bol d'air artistique ô combien vivifiant. Par les temps qui courent, c'est une nécessité. Notre magazine sera présent sur cet incontournable événement artistique de qualité.

La Rédaction d'Art'issime

Du 28 janvier au 5 février 2017 

http://www.artetmatiere91.sitesfp.fr/

 

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 13:07

Avec Morceaux choisis, les Chevalets d'Argence et le sculpteur Jean-Louis Gabirot font les beaux jours de la salle d'exposition de l'hôtel Renard de la très belle commune charentaise de Jarnac depuis le 2 décembre. Quand peinture et sculpture cohabitent avec une telle délicatesse devant nos yeux émerveillés, nous ne pouvons que saluer avec ferveur le travail de ces artistes. A la veille des fêtes, un petit voyage à Jarnac s'impose pour les trois derniers jours. Les bons et beaux moments sont rares. Alors dépêchez-vous!

La Rédaction d'Art'issime

 

Partager cet article

Repost0
28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 16:09
Dialogues, Emotions et Créations au Labo d'exposition

Laurence Fanuel et Christine Glen reviennent ce soir au Laboratoire d'exposition pour une nouvelle épopée des sens dessus-dessous (entendez au rez-de-chaussée et au sous-sol du Labo). Nos deux cuisinières hors pair nous ont concocté de savants dosages visant à vous faire découvrir "la délicieuse expérience de l'osmose de vos sens". Musique, créations de tableau et d'odeur simultanées, le visiteur immergé dans ce monde multisensoriel devient un "sensacteur". Prenez le temps de passer dans ce Labo pas comme les autres. Aucune blouse blanche à l'horizon, mais une introspection dévastatrice qui remet en question bien des préjugés. Dans ce monde apeuré et souvent violent, voici une évasion qui vous redonnera confiance dans l'Humanité.

La Rédaction d'Art'issime

Partager cet article

Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 23:26
Les Peintres du paysage en Haute-Vienne

Avec ses trois mille habitants, la petite ville de Saint-Priest-Taurion, qui jouxte Limoges, la capitale de la Haute-Vienne, accueille la Société Internationale des Peintres du Paysage, dirigée de main de maître par le peintre huiliste et pastelliste Lorenzo Rappelli. Ainsi, trente-trois artistes peintres parmi les meilleurs de leurs disciplines respectives sont les invités de ce Ier Salon international. Qu'on en juge : 13 peintres à l'aquarelle, 7 peintres à l'huile et à l'acrylique et 13 pastellistes. Selon le président Rappelli, "cette manifestation a pour but de montrer que la peinture figurative, et en particulier celle du paysage, garde toujours toutes ses lettres de noblesse et qu’elle est pratiquée par des artistes professionnels ou amateurs de grand talent".

Signe distinctif de l'ouverture à l'art pictural dans sa diversité, les organisateurs de ce salon ont choisi "de ne pas nommer un invité d’honneur, car il serait difficile de départager ces artistes". Dès lors, le public nombreux qui est attendu pourra tout à loisir échanger avec les artistes et mesurer la valeur des œuvres réalisées. Notons que quelques stages et démonstrations bien ciblés se dérouleront pendant cette quinzaine. Moment fort de ce bel événement régional : Lorenzo Rappelli donnera une conférence gratuite sur le thème « Comment peindre le paysage », illustrée par la projection de 200 images, le soir du 11 juin à 18 heures.

Félicitations à cette belle association et à la mairie de Saint-Priest-Taurion d'avoir su rassembler un panel d'artistes représentant l'excellence de la peinture nationale et internationale.

Pour la Rédaction d'Art'issime

Pierre-Émile GIRARDIN

Partager cet article

Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 01:25
Ce soir, Jérôme Bryon à la galerie La Forest Divonne

Ce soir, les Éditions Cercle d'Art présentent, en avant-première*, le livre monographique de M. Jérôme Bryon, photographe, Possibilité de survie en milieu hostile, texte d'Hervé Le Goff. A cette occasion, une visite de l'exposition "Grand Sud" vous sera proposée. L'artiste dédicacera l'ouvrage et présentera l'édition de tête limitée à 10 exemplaires. Notre magazine sera présent à cette événement. Venez nombreux soutenir cette initiative.

La Rédaction d'Art'issime

* Galerie La Forest Divonne, 12, rue des Beaux-Arts, 75006 Paris jusqu'au 25 juin 2016

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Les Amis d'Art'issime
  • : Publication d'un magazine trimestriel par des journalistes professionnels bénévoles. Titre : "Art'issime". Sous-titre : Arts et indépendance. La publication fonctionne sans publicité ni aide pour le moment. L'Association les Amis d'Art'issime (loi 1901) est éditrice du magazine et celui-ci a un numéro de commission paritaire. "Art'issime" consacre ses colonnes à l'art et aux artistes qui sont exclus des réseaux de "l'art officiel" et se font connaître dans les salons ou festivals.
  • Contact

Bienvenue

Toute l'équipe rédactionnelle du magazine vous souhaite la bienvenue sur le blog des Amis d'Art'issime. Nous espérons que vous partagerez avec nous l'enthousiasme qui a guidé nos choix artistiques dans tous les domaines que nous abordons et serons attentifs aux questions et propositions que vous nous soumettrez dans l'intérêt d'Art'issime.

Recherche

Coupon D'abonnement

Liens